mobilemenu

Les croyances populaires

Une source de frustration pour certains végétaliens est certainement les réflexes et croyances populaires qui découlent le plus souvent de l'ignorance parfois un peu exaspérante, mais toujours amusante, de ceux qui découvrent naïvement que la diversité alimentaire existe.

Les végétariens sont carencés

La salade sert d'ailleurs de drapeau pour illustrer la faiblesse. On dit bien "maigre comme une salade". Or, un régime végétarien bien orquestré déborde d'aliments où la laitue est un ajout de seconde main. De toute façon, essayez d'expliquer au champion de marathon Scott Jurek ou au joueur de hockey Georges Laraque que leur menu végétalien est incomplet. Où encore l'homme le plus fort du monde, Georges Christen, qui pour sa part est végétarien. Et à l'homme le plus fort d'Allemagne, Patrik Baboumian, entièrement végétalien. Aujourd'hui, il est solidement validé qu'un régime végétalien complet peut répondre à tous les besoins à tout stade de vie². Chose certaine, les végétaliens virent au rouge chaque fois qu'on accuse leur alimentation au moindre rhume alors qu'ils ont une plus longue espérance de vie¹! Certaines de ces allégations sont explorées avec plus de détail sur la page des dangers.

Les végétariens sont maigres

Le régime végé cru est reconnu pour être amaigrissant pour plusieurs facteurs dont sa concentration en fibres, ce qui est en fait une très bonne chose. Idéal pour perdre des kilos en trop et se sentir plus léger. Par contre, si la masse graisseuse se met à fondre au soleil, la masse musculaire quand à elle nécessite de l’exercice! Ce qui fait que parfois, un végétalien peut difficilement donner la fausse impression d'être musclé, il n'a pas le choix de l'être!

Pas assez de protéines sans viande

Grossière erreur, il y a des protéines dans chaque aliment que vous mangez. S'il est vrai que la viande est difficile à détrôner, les algues, les verdures, les noix, les céréales en contiennent aussi de bonnes quantités bien suffisantes afin de dépasser largement les besoins d'une personne en protéines. De toute façon, où pensez-vous que le poulet et le boeuf peuvent trouver leurs protéines? Les plus puissants animaux sur terre comme les éléphants et les gorilles sont végétaliens.

Les menus végés sont limités

Que peuvent bien manger les végétaliens sinon de la salade? C'est un stéréotype qui découle d'un manque de connaissance. Un simple regard sur le nombre d'aliments végétaliens suffit à mettre en évidence qu'il n'est pas difficile d'avoir des menus extraordinairement variés. Le nombre de verdures, fruits, algues, racines, noix et graines qui s'ajoutent à l’assiette bat sans rappel le nombre de viandes, produits de mer, oeufs et produits laitiers qui en sont exclus.

Et lorsqu'on parle de cuisine, la diversité est encore plus au menu. Comment faire un dessert cuit sans répéter le fatidique oeuf-lait-farine-sucre? Par contraste, chaque dessert végé cru s'amuse avec des ingrédients différents. Tandis qu'une recette emploie l'avocat pour rendre le crémage octueux, un autre utilise la noix de cajou ou l'huile de coco. Quand une recette utilise la datte pour sucrer, une autre emploie le sirop d'érable, le stevia ou le miel. La créativité ne connait aucune limite d'exploration.

Être végétarien est une vraie religion

Je concède que certaines personnes deviennent de véritables dogmes ambulants, de quoi se dégoûter du sujet. Même si être végétalien est une façon magnifique de régler de nombreux problèmes sur terre, il n'en reste pas moins que c'est vous qui décidez ce que vous mettez dans votre assiette. Pas besoin d'adhérer à un club, à une philosophie ou à une mode, la signification de manger végétalien est différente pour chaque personne. Aucune diète ne me dicte ce que je dois mettre dans mon assiette! Ce que je mange est mon propre choix.

Les végétaliens ont besoin de suppléments

Ce qui est une autre manière de dire que l'alimentation végétalienne est incomplète et peu naturelle. C'est toutefois oublier que la supplémentation invisible est omniprésente dans les aliments, incluant les vitamines A, C, D, B1, B2, B3, B9, fer, calcium et iode, afin d'atténuer divers types de carences autrefois répandues. Cette ironie trouve son apogée dans le lait, souvent primé pour ses qualités nutritionnelles, alors qu'il les doit en bonne partie à des suppléments ajoutés artificiellement, soit dans le produit final ou dans la nutrition des bovins.

Or, même si ces suppléments se retrouvent plus rarement dans les aliments végétaux, les carences ne se font pas pour autant plus courantes chez les végétaliens. La supplémentation est donc loin d'être une faiblesse ni un cas unique du végétalisme. Au contraire, on pourrait être amené à croire que les végétaliens sont souvent moins supplémentés que les autres, alors que dans le cas de certaines vitamines, il serait pourtant important de l'être.

Notre cerveau grâce à viande et cuisson

L'idée que l'adoption de la chasse et de la cuisson aient pu être des facteurs majeurs de notre évolution ne fait que peu de doutes. Certaines théories défendent même de façon vaniteuse que la taille de notre cerveau soit reliée à ce changement de comportement de notre espèce.

Il ne faut pas s'en étonner car la viande était une excellente source de protéines et de gras. Peut-être la seule à laquelle il était alors rarement possible d'avoir accès pour supporter l'activité physique intense que devaient prodiguer à tous les jours nos ancêtres pour survivre. Et la cuisson s'est avérée fort utile pour la viande tout comme elle l'est encore aujourd'hui.

Mais nous ne sommes plus à l'âge de pierre. Nous ne courrons pas aujourd'hui trente mètres par jour malgré que nous mangons à profusion. Et nous pouvons acheter le même jour des algues, des graines de lins, des amandes, du chou et des pommes malgré que chacun de ces aliments puissent originer des quatre coins du globe. Ensemble, ces variétés d'aliments comblent tous les besoins nutritionnels qui ont toujours été inaccessibles jusqu'alors. Et qui plus est, nous avons aujourd'hui technologies et connaissances à profusion.

Donc s'il est vrai que la viande et la cuisson auraient été le berceau de l'humanité, il est faux de conclure que ce mode de vie ait le moindre sens dans le contexte de notre époque moderne. Après tout, l'humanité ne passera pas toute sa vie au biberon des vaches.

Sources citées
[1] The Oxford Vegetarian Study: an overview, Am J Clin Nutr - 1999
[2] Position of the American Dietetic Association and Dietitians of Canada: Vegetarian diets, J Am Diet Assoc - 2003
[3] Dietary Reference Intakes for Calcium and Vitamin D, Institude of Medicine - 2011
Dernière modification le : 2015-04-08

Pages récentes

2015-05-11Le wakame (alaria)Le wakame (ou l'alaria) est une algue riche, tendre et délic
2015-04-26Recette de TempehLe tempeh est une fermentation indonésienne très singulière
2013-05-09Salade du printemps au pissenlitLe pissenlit est une verdure printanière abondante et audaci
2013-03-11Recette de Brownies cruUne super recette contenant des super calories , autrement d
2013-03-02Recette de Tartinade au chocolatFaire sa propre tartinade chocolatée, un vrai jeu d'enfant.
2013-03-01Recette de Salade de kale masséLe kale en salade que l'on agrémente de jolis ingrédients, s