mobilemenu

Pourquoi manger biologique ?

Pourquoi payer pour le même légume avec une étiquette en plus? Parce que biologique est beaucoup plus qu'une étiquette, c'est un gage réel et concret pour l'environnement et pour votre propre santé, peut-être plus économique que vous ne le croyez!

Pesticides sur la santé

La liste des pesticides utilisés en agriculture est si longue qu'il est difficile de faire le tri. Les risques à long terme sur la santé sont aussi très peu étudiés, ce qui fait de vous d'excellents cobayes pour les études de demain. Parmi les conséquences sur la santé déjà connues, on parle de cancer, de malformations congénitales, de retardements neurologiques¹⁹, de problèmes du système immunitaire ou des problèmes d'infertilité. Ne pas manger bio revient non seulement à s'exposer à ces risques mais aussi à exposer des milliards d'autres personnes et organismes vivants car les pesticides utilisés pour traiter les produits que vous achetez s'accumulent année après année dans l'air et l'eau de pluie à l'échelle du monde¹⁴.

Valeur nutritive des aliments

De nombreuses études prouvent à tour de rôle que les aliments biologiques contiennent ou ne contiennent pas plus de nutriments. Ces résultats ne devraient pas étonner puisqu'il s'agit de mesurer quelque chose qui soit influencé par un nombre infini de facteurs. La seule chose que la science peut établir, c'est que la concentration de plusieurs nutriments est souvent supérieure dans le biologique¹¹ ¹² ¹³, mais pas à tous les coups¹⁰. Tout dépend de la richesse du sol et des conditions de cultures. À ce titre, la richesse en diversité de nutriments et micro-organismes de la matière organique ne trouve aucune équivalence chez l'engrais chimique dont la nature est d'être un concentré stérilisé limité à quelques substances.

La qualité n'est pas une unité mesurable

Il faut aussi clarifier que si la quantité de nutriments est une chose, la qualité en est une autre. Il est très possible aujourd'hui que les substances contenues dans les aliments biologiques présentent des qualités inconnues ou impossibles à mesurer à ce jour. Il y a une différence tranchante entre la nature d'un sol lavé aux engrais chimiques et un sol foisonnant d'organismes, difficile d'imaginer qu'il en serait autrement pour les légumes qu'ils produisent.

Les images que donnent la cristallisation sensible au chlorure de cuivre en font une démonstration poignante où l'on peut constater à quel point la structure d'un légume sain est cohérente comparée à celle d'un légume chimique. Cela nous rappelle qu'un organisme complexe comme une pomme vaut bien plus que la somme de ses substances mesurables et que la science est au moins aussi puissante dans l'unité qu'elle est impuissante dans le tout.

La qualité globale d'un aliment n'est pas une unité mesurable puisqu'elle dépend d'un nombre exponentiel de facteurs dont la quantité en nutriments fait partie. L'odeur, la cristallisation sensible ou l'apparence sont en ce sens des indices de qualité.

Le prix à retardement de l'agriculture chimique

Il y a de quoi être fier de manger bio car il s'agit d'un des actes les plus puissants que vous pouvez mettre en oeuvre en faveur de l'environnement. Chaque sous de plus que vous payez participe à supprimer le coût caché de la nourriture que vous payez par vos taxes en plus de prévenir des catastrophes écologiques hors de prix¹⁷. Grâce à vous, il est peut-être encore possible de léguer une biodiversité en héritage aux prochaines générations.

La précarité des abeilles

Une abeille grâce à qui cette fleur deviendra une pomme

L'augmentation drastique des prix du tiers de tous les fruits, noix et légumes, voir même la disparition de certains de ceux-ci peut être à anticiper. Une conséquence directe de l'effondrement des colonies d'abeilles qui se mesure actuellement par des pertes entre 40% à 90% selon les pays et états¹. Or, plusieurs liens directs sont établis entre les insecticides et le syndrome des abeilles², ce qui n'est pas une surprise puisque contrairement aux insectes visés par les insecticides, les abeilles ne développent aucune résistance aux toxines puisque ce sont des butineuses¹⁵.

Les abeilles sont irremplaçables et leur disparition peut créer un domino d'extinctions en plus de rendre stériles plusieurs productions alimentaires. Vraisemblablement, nous ne sommes pas éloignés de ce scénario qui s'est déjà produit à Sichuan en Chine où depuis 1980, les producteurs doivent polliniser artificiellement chacune des 1000 fleurs qu'une seule abeille pollinise gratuitement par jour³. La disparition des abeilles n'est pourtant qu'un exemple percutant d'une 6eme extinction massive d'espèces en cours et reliée à l'activité humaine⁴.

Eau contaminée aux nitrates et au phosphore

Les amphibiens sont vulnérables à la pollution

La pollution de l'eau par les algues bleue-vertes, récent sujet de panique au Canada, est intimement lié à la production agricole intensive. Les engrais chimiques liquides et concentrés traversent la terre comme une passoire avant de contaminer les nappes phréatiques. Un problème qui est théoriquement minimisé par l'agriculture biologique grâce à l'usage de matière organique comme fertilisant qui limite la dose et le drainage des minéraux.

Les nitrates se concentrent dans les lacs où ils sont nocifs pour les amphibiens (grenouilles, salamandres..)⁵, une grande famille d'espèces fragiles dont la disparition progressive est devenue très préoccupante. Le phosphore de son côté est responsable de l'apparition de cyanobactéries qui causent l'asphyxie des espèces qui vivent dans les lacs. Ce ne sont là que deux résidus connus parmi un large éventail de produits chimiques utilisés sur le marché.

Génétique modifiée aux OGM brevetés

Le maïs est une des cultures OGM les plus massives

Le but d'un OGM est d'introduire dans la génétique d'une plante des caractéristiques utiles comme l'auto-production d'insecticide. Malgré cette idée prometteuse, l'OMS souligne que l'augmentation du rendement promise par les OGM n'est pas remarquée⁸. 

Nous cultivons à ce jour 134 millions d'hectares d'OGM dont les mutations génétiques peuvent se disséminer librement dans la nature et contaminer d'autres cultures. Pourtant, le débat sur leurs effets sur la santé et sur l'environnement n'est pas terminé car beaucoup de controverses touchent les recherches qui les ont entourés²². L'agriculture traditionnelle, la libre entreprise et l'autonomie locale sont aussi compromises face au cadre légal imposé par la brevetabilité du vivant et face au risque de contamination élevé des cultures traditionnelles par la pollinisation des cultures OGM.

Pollution cumulative disséminée

L'agriculture chimique ne fait pas plus bonne figure au sujet des gaz à effet de serre puisqu'elle est une grande consommatrice de pétrole, tant pour la production de produits de synthèse que pour les transports. De nombreux engrais chimiques génèrent aussi des gaz à effet de serre lors de leur décomposition tandis que les pesticides persistent dans la nature et se dispersent aux quatre vents dans l'air que nous respirons et l'eau que nous buvons¹⁴ ¹⁸.

Déserts stériles sans biodiversité

L'usage systémique de pesticides et engrais chimique crée de vaste terres de monoculture où la biodiversité est éradiquée par les traitements. En 2008 cela représentait 1526 millions d'hectares de terres intoxiquées pour 35 millions de terres cultivées biologiquement. Des terres vidées de micro organismes, insectes ou plantes adventices. Une longue étude de la FiBL a démontré que 21 ans pouvait être nécessaire pour recréer un écosystème biologique productif de ces terres meurtries, incluant bactéries, mycorhizes et insectes prédateurs⁶.

Épuisement de l'efficacité promise

Il y a à peine 100 ans, la totalité de l'agriculture mondiale était biolologique. La grande promesse de l'agriculture chimique était de produire encore plus avec moins. Et ce grâce à la force d'une industrie naissante qui était source de cette utopie. Les fermes sont devenues des usines, les machines ont remplacés les emplois, les produits chimiques ont donnés un aplomb de fer aux récoltes. Il est facile de comprendre pourquoi l’adhérence a été si forte.

Ce n'est qu'après tout ce temps écoulé que nous commençons à voir les conséquences qui nous font réaliser que ce rêve n'était pas durable. L'agriculture conventionnelle est aujourd'hui violemment secouée par une tempête s’abattant en plein coeur de son historique promesse d'un monde économique meilleur. Même les pesticides, véritable cheval de bataille de ce mode d'agriculture, est aujourd'hui face à un échec croissant causé par de nombreux insectes et plantes qui y développent une résistance¹⁶ ²¹.

De nos jours, même la croyance en la supériorité de l'agriculture chimique sur la productivité se fractionne à mesure que les études onéreuses relayées par des organismes tels que l'ONU ou la FiBL en font la preuve inverse ⁶ ⁷ ²⁰ ²³. Il apparaît évident que l'agriculture biologique sous peut répondre aux besoins de tous et n'attend qu'une clientèle suffisante et un soutient des gouvernements pour devenir encore plus abordable.

Études scientifiques reliées
[1] Honey Bee Colony Collapse Disorder, FAS Renée Johnson - 7 Janvier 2010
[2] Les abeilles clairement affectées par les pesticides, Le soleil - 12 octobre 2011 sur une étude de Madeleine Chagnon de l'UQAM
[3] The silence of the bees, PBS - 2007
[4] Atlas of population and environment foreword, AAAS, Peter H. Raven - 2000
[5] La pollution par les nitrates : une menace invisible qui pèse sur les populations d'amphibiens, Santé Canada - 2005
[6] Dossier IRAB, Résultat de 21 ans d'essai DOC, FiBL - 1 mai 2011
[7] Agroécologie et droit à l'alimentation, Rapport présenté à la 16ème session du Conseil des droits de l'homme de l'ONU - 8 mars 2011
[8] Biotechnologie alimentaire moderne, santé et développement, OMS - 2005
[9] Long-term impacts of antibiotic exposure on the human intestinal microbiota, Cecilia Jernberg, Sonja Lofmark, Charlotta Edlund and Janet K. Jansson - 2010
[10] Nutritional quality of organic food: shades of grey or shades of green?, Christine M. Williams - 2002
[11] Fatty acid and fat-soluble antioxidant concentrations in milk from high- and low-input conventional and organic systems: seasonal variation, Carlo Leifert - 2008
[12] Nutritional Quality of Organic Versus Conventional Fruits, Vegetables, and Grains, Virginia Worthington - 2001
[13] Organic Foods vs Supermarket Foods: Element Levels, Bob L. Smith - 1993
[14] Pesticides in air and in precipitation and effects on plant communities, Danish Institute of Agricultural Sciences - 2001
[15] The Honeybee Genome Sequencing Consortium. Insights into social insects from the genome of the honeybee Apis mellifera, Nature - 2006
[16] Management of Herbicide-Resistant Weed Populations, Food and agriculture organization of the united nations - 2008
[17] An assessment of the total external costs of UK agriculture, Agricultural Systems, JN Pretty, C Brett, D Gee, RE Hine, CF Mason, JIL Morison, H Raven, MD Rayment, G Van der Bijl - 2000
[18] Evaluation des concentrations en pesticides dans l'air francilien : campagne exploratoire, AirParif - 2007
[19]  Strategy for Comparing the Contributions of Environmental Chemicals and Other Risk Factors to Children’s Neurodevelopment, National Institutes of Health, U.S. Department of Health and Human Services - 2011
[20] Biotechnology’s Broken Promises, Union of concerned scientists - 2009
[21] Many roads to resistance: how invertebrates adapt to Bt toxins, Section of Cell and Developmental Biology, University of California, San Diego - 2011
[22] A literature review on the safety assessment of genetically modified plants, Laboratory of Toxicology and Environmental Health, School of Medicine - 2011
[23] Sustainability and innovation in staple crop production in the US Midwest, International Journal of Agricultural Sustainability - 2013

Dernière modification le : 2015-04-30

Pages récentes

2015-05-11Le wakame (alaria)Le wakame (ou l'alaria) est une algue riche, tendre et délic
2015-04-26Recette de TempehLe tempeh est une fermentation indonésienne très singulière
2013-05-09Salade du printemps au pissenlitLe pissenlit est une verdure printanière abondante et audaci
2013-03-11Recette de Brownies cruUne super recette contenant des super calories , autrement d
2013-03-02Recette de Tartinade au chocolatFaire sa propre tartinade chocolatée, un vrai jeu d'enfant.
2013-03-01Recette de Salade de kale masséLe kale en salade que l'on agrémente de jolis ingrédients, s