mobilemenu

Pourquoi manger cru ?

Manger cru ouvre la porte à un univers de saveurs par des aliments dont les qualités ne sont pas altérées par la cuisson. Dur à digérer vous dites? Mais non, poursuivez votre lecture!

Manger la vie

Une pousse de tournesol presque libéréeChaque racine, chaque feuille est encore vivante jusqu'au moment où elle est dégustée dans l'assiette. Les carottes et oignons peuvent se mettre à germer en tout temps dans votre réfrigérateur. Ces aliments sont un oasis d'organismes et de matières en perpétuelle transformation. Après une simple cuisson, la transformation opérée est considérable. Même à l'oeil nu, il est facile de constater que les formes parfaitement symétriques, organiques et organisées de nos aliments vivants se fondent et deviennent plus abstraites. L'aliment demeure, mais la vie n'est plus.

Le cru, 100% entier et savoureux

Des chapatis, recette de CrudessenceLes aliments dans leur forme non altérée sont une source incroyable d'arômes authentiques. Certains sont naturellement sucrés, acides ou même légèrement salés par nature. Mais surtout, il n'y a rien qui égale le goût vivant et non altéré des aliments. Lorsque combinés, ces arômes se rehaussent mutuellement. Un grand nombre de ces arômes sont perdus et remplacés lors de la cuisson.

Les problèmes de la cuisson

La cuisson est associée à des problèmes comme la destruction et le lessivage d'une grande quantité d'enzymes, vitamines, minéraux, antioxydant ou la production de molécules aléatoires comme celles qui résultent des réactions de Maillard. Plusieurs substances produites sont cancérigènes ou mutagènes³ ou ont d'autres impacts négatifs sur la santé telles que les glycotoxines, l'acroléine, l'acrylamide, l'hydroxyméthylfurfural et les HAP et les HCA qui regroupent une large diversité de molécules. Mais la question est plus large puisque beaucoup se questionnent aujourd'hui sur la raison d'altérer des aliments alors que nous ignorons encore la nature exacte de ce qui en résulte et que nous sommes la seule espèce à le faire. Néanmoins, même si la cuisson n'est pas indispensable à la vie, elle joue au moins deux rôles utiles qu'il convient de discuter.

La nourriture saine sans cuisson

La cuisson totale est un moyen généralement efficace pour détruire la plupart des mauvaises bactéries. Par contre, ce type d'intoxication alimentaire est fortement associé aux aliments de source animale d'où la plupart des bactéries pathogènes tirent leur origine. Même si les risques sont donc réduits avec les végétaux, ceux-ci sont aussi le vecteur d'un plus petit nombre d'organismes nuisibles et peuvent être infectés par les fertilisants animaux. Ainsi donc, les points suivants peuvent s'avérer utile afin de manger les repas crus et sains malgré tout.

Manger frais et local

En prenant en compte que les plus grands risques proviennent d'animaux issus de productions à grande échelle, une mesure préventive intéressante est de faire pousser soi-même ses propres légumes et d'acheter des légumes locaux. Les groupes d'achats ou les petits marchés sont parfaits pour obtenir les meilleurs légumes le jour de la livraison. Les petites productions concentrent des populations bovines moins massives, plus aérées et dans des conditions sanitaires qui peuvent s'avérer meilleures, ce qui limite la prolifération excessive de bactéries et le risque de résistance aux antibiotiques.

Réalisez aussi que la nourriture que vous mangez n'est en fait qu'un court intervalle entre un aliment immature et un aliment qui se composte. Mangez frais, rincez les aliments et sachez reconnaître les indices sur leur fraîcheur. Texture, odeur, goût, votre corps est redoutable à ce jeu et son appétit pour un aliment est souvent proportionnel à sa qualité!

pH gastrique et immunité

Le corps humain n'a pas été inventé pour dépendre de la cuisson. Une démonstration des plus fabuleuse de cette idée est que l'estomac aseptise les aliments par son pH très acide. C'est grâce au système immunitaire que chaque humain sur terre peut se faire infecter à répétition au cours d'une vie sans éprouver de symptômes graves pour la vaste majorité des cas. Un système immunitaire en santé joue un rôle critique et sans effets secondaires.

Le crudivorisme véhicule souvent la théorie selon laquelle la quantité et la qualité des nutriments issus des aliments crus, tout spécifiquement des verdures, est générateur d'une excellente santé qui se traduit systématiquement par un estomac suffisamment acide. C'est une idée qui trouve peu d'études scientifiques pour être appuyée mais qui s'avère rationnelle. L'expérimentation Roseburg⁵ de la famille Boutenko en fait un démonstration potentielle.

Un truc facile pour savoir si son propre pH gastrique est suffisamment acide est de consommer de la betterave. Si celle-ci change la couleur de l'urine, c'est que l'acide gastrique est trop faible pour décomposer la bétalaïne, le pigment rouge de la betterave⁴.

Peroxyde d'hydrogène

C'est une solution intéressante en regard des récentes intoxications alimentaires reliées aux germinations. Le peroxyde d'hydrogène de grade alimentaire à 3% est un puissant oxydant désinfectant qui se décompose en eau et en oxygène après avoir fait son travail. Verser une petite dose dans l'eau de trempage des germinations ou en vaporiser sur vos planches à découper où vous le laisserez agir quelques minutes peut être un moyen radical pour éliminer beaucoup de bactéries. Il démontre une efficacité complète sur des e. coli¹ et salmonella² tout comme de nombreuses autres bactéries. Il peut être nuisible de l'utiliser de façon systémique car il détruit aussi les enzymes. Personnellement, j'apprécie son usage dès que des indices suspects sur la fraîcheur de mes pousses apparaissent (odeur moins que délicieuse, texture pas loin de visqueuse, couleurs moins qu'éclatantes, etc.)

Il est très important d'utiliser le peroxyde selon les directives de sécurité prescrites, telles que garder les concentrés au congélateur, éviter toute vaporisation dans les yeux ou usage avec du métal qu'il oxyde. À température ambiante, la concentration en peroxyde diminue ce qui implique qu'il faut de temps à autre en refaire une dilution dans de l'eau.

La nourriture digeste sans cuisson

Que fait la cuisson pour rendre la nourriture plus digeste? La cuisson peut être comparée à une forme de mastication. Les molécules qui représentent votre nourriture sont endommagées par la chaleur comme le fait le broyage, ce qui les rend plus assimilables. L'ennui c'est que comme exposé plus haut, la cuisson va trop loin et s'attaque aussi à la qualité de la nourriture.

Déguster, relaxer et apprécier

La nourriture crue est très digeste si vous mangez ce que vous avez envie et que vous prenez le temps de relaxer deux minutes, de déguster et d'apprécier. Et pourquoi ça? C'est simple, vous mastiquez. On vous l'a pourtant appris à l'école! La mastication est la première étape de la digestion à travers laquelle les aliments sont rendus assimilables par le broyage des dents et par l'ajout d'enzymes dans la salive. Privé de cette étape, la digestion s'en trouve affectée. Même si le stress tend à enfoncer un pieux dans cette pieuse habitude, il faut apprendre à s'arrêter! Une nourriture bien mastiquée a toujours la texture de purée.

La pulvérisation comme transformation

Vous remarquerez sûrement que dans la culture du cru, la plupart des vinaigrettes, desserts, soupes, smoothies impliquent un mélangeur (blender) et non sans raison. Cela revient à l'équivalent d'une mastication si parfaite que la nourriture est littéralement liquéfiée. Malgré tout puisque la température ne monte pas, les vitamines et les nutriments sont préservés tout en devenant extrêmement digestes et assimilables. Le résultat est une vraie potion nutritive avec laquelle on peut créer des palettes de menus pour tous les goûts.. sans une goutte de cuisson!!


Sources
[1] Hydrogen peroxide and other oxidant disinfectants, FJ Turner - 1983
[2] Bactericidal effect of hydrogen peroxide on Salmonella typhimurium in liquid whole egg, J Appl Bacteriol - 1987
[3] Food-derived Mutagens and Carcinogens, Keiji Wakabayashi, Minako Nagao, Hiroyasu Esumi, and Takashi Sugimura - 1992
[4] Food idiosyncrasies: beetroot and asparagus, S. C. MItchell - 2001
[5] Green For Life, Victoria Boutenko - 2005
Dernière modification le : 2015-06-08

Pages récentes

2015-05-11Le wakame (alaria)Le wakame (ou l'alaria) est une algue riche, tendre et délic
2015-04-26Recette de TempehLe tempeh est une fermentation indonésienne très singulière
2013-05-09Salade du printemps au pissenlitLe pissenlit est une verdure printanière abondante et audaci
2013-03-11Recette de Brownies cruUne super recette contenant des super calories , autrement d
2013-03-02Recette de Tartinade au chocolatFaire sa propre tartinade chocolatée, un vrai jeu d'enfant.
2013-03-01Recette de Salade de kale masséLe kale en salade que l'on agrémente de jolis ingrédients, s